vendredi 8 mars 2013

Fiche producteur

Présentation du producteur d’Œufs de l'AMAP Papille


Le Producteur

Mme Brigitte MELOT et M. Jean-Paul PONTET
Chemin du Petit Ludée
33 480 Sainte-Hélène

M. Jean-Paul Pontet et Mme Brigitte Melot élèvent 1 400 poules en plein air, sur une surface de plus d’un hectare et demi. Les jeunes poules arrivent sur l’exploitation à l’âge de six semaines et pour une durée de deux ans, après achat auprès d’un producteur des Deux-Sèvres. Elles sont nourries pendant quelques semaines avec des granulés de céréales, puis avec un mélange de grain de maïs et de tourteau de céréales.

Le contrat Œufs

Coordinatrice :
Anne-Marie DUQUESNE

Contrat :
- 3,30 euros la douzaine (+ 0,20 euro la boîte d’œufs si besoin)
- 25 livraisons en 2014 (toutes les deux semaines) : 8 janvier, 22 janvier, 5 février, 19 février, 5 mars, 19 mars, 2 avril, 16 avril, 30 avril, 14 mai, 28 mai, 11 juin, 25 juin, 9 juillet, 23 juillet, 6 août, 20 août, 3 septembre, 17 septembre, 1er octobre, 15 octobre, 29 octobre, 12 novembre, 26 novembre, 10 décembre

Information :
Pour toute demande d’information, contactez l’AMAP Papille Eysines à l’adresse suivante : amapapilleysines@gmail.com


Compte-rendu de la visite de l’exploitation

Le 19 octobre 2012
Expédition à Saint-Hélène…
Nous (Ludovic Billault, Pierre Bezzo et Guylaine Lagorsse) arrivons sur les lieux où sont élevées les poules de Brigitte Melot et Jean-Paul Pontet.

Nous nous sommes présentés ce vendredi en début de soirée sur une exploitation agricole d’environ deux hectares située sur la commune de Sainte Hélène, chemin du Petit Ludée.

Se côtoient sur ce lieu l’élevage de poules pondeuses, un peu de maraîchage, quelques ruches (activité en cours de développement) et quelques moutons (activité en cours d’arrêt).
L'environnement est du type «ferme artisanale» (dans le bon sens du terme).

Leurs 1400 poules sont élevées sur 4 parcs de plein air, leur offrant une superficie de plus d’un hectare et demi avec présence d’arbres… Jean-Paul Pontet a par ailleurs entrepris la construction d’un poulailler de ponte en bois, afin de récupérer les œufs plus propres.  Dans cette attente, les poules pondent dans la paille.
 
3 des 4 parcs (le 4ème est plus arboré)

Le nichoir en construction

Les jeunes poules arrivent sur l’exploitation à l’âge de six semaines et pour une durée de deux ans, après achat auprès d’un producteur des Deux-Sèvres.

Elles sont nourries pendant quelques semaines avec des granulés de céréales. Par la suite, toutes les poules sont nourries avec un mélange de grain de maïs et de tourteau de céréales. La nourriture est achetée auprès d’un céréalier local (à 13 km, sur la commune de Saint-Laurent-du-Médoc). Ils ne complémentent pas leurs volailles, ne leur donnent pas de vitamines.

Jean-Paul Pontet et Brigitte Melot effectuent uniquement de la vente directe : marchés, vente directe à leur camion, vente saisonnière en camping l’été. Ils ne distribuent ni auprès de supermarchés, ni auprès de restaurants ou autres commerces. A ce titre, le mercredi est le seul jour de la semaine où ils n’ont pas de vente directe établie (hormis l’été).

Ils n’utilisent pas la lumière pour forcer à la ponte et ont même reconnu avoir quelques difficultés sur la quantité de ponte actuellement. En effet, le printemps et l’été constituent les meilleures saisons pour les ventes, les poules étant plus décidées à pondre qu’en automne/hiver.

Par ailleurs, ils ont fait l’acquisition de 300 jeunes poules en juin dernier (qualifiées de «feignantes»…), elles n’ont pas encore trouvé leur rythme de croisière sur la ponte. Cela les conduit à constater un léger déficit entre ce qu’ils pourraient attendre et ce qu’ils lèvent réellement.

Un contrôle sanitaire pour écarter la présence de salmonelles est effectué deux fois par an auprès d’un laboratoire des Pyrénées Atlantiques. Ils peuvent également, dès qu’ils ont une question et pour une réactivité qui les satisfait tout à fait se tourner vers des experts en élevage de volailles de ce même laboratoire.

Nous sommes rentrés de cette visite avec un très bon a priori sur cette exploitation, lié à deux raisons en particulier :
- Le cadre de vie, l’environnement : une véritable exploitation «ferme agricole», avec un terrain arboré et vaste.
- La nourriture utilisée, produite localement et intégralement à base de céréales, non complémentée.

Nous tenons à remercier Brigitte Melot et Jean-Paul Pontet pour leur accueil chaleureux et leurs explications détaillées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire